Du (presque) nouveau !

Twitter n’est plus limité à 140 caractères.
Plus grand monde ne lit les blogs.
Les podcasts sont techniquement compliqués à mettre en œuvre.
Une chaîne youtube : ah ha !
Je vous propose donc d’utiliser une des innovations du XXe siècle (car je suis de mon temps) : une LETTRE DE DIFFUSION (aka « newsletter »).

Si vous inscrivez votre adresse mail,  je vous enverrai de temps en temps (disons, une ou deux fois par mois ?) des infos (liens, conseils de lectures…), des archives ou des projets en cours. J’imagine ça comme distribuer les tous premiers numéros de Scotch & Penicillin de la main à la main…

Pour s’inscrire, c’est PAR ICI.

Pour consulter les premières lettres, c’est PAR LÀ.

Il y a là une part de magie.

Nous avons dû nous séparer du pistolet

Initialement édité en 2005, Nous avons dû nous séparer du pistolet (NADNSDP) est désormais de nouveau disponible via Bandcamp !

NADNSDP est un projet d’édition, ouvert à participations début 2004 et clôturé en mars 2005. Durant toute cette période il a été possible d’envoyer une anecdote, un souvenir, une courte histoire vraie (ou non) sous forme de texte, en utilisant un formulaire présent sur le site « scotch + penicillin » (époque free.fr). Les textes reçus ont été transformés en fichier sonore avec un programme de synthèse vocale (une voix synthétique « lisant » le texte).

90 textes ont ainsi été envoyés par 32 auteurs différents. 83 textes de 28 auteurs ont été retenus. Les participations sont restées anonymes.

Suite à la clôture du projet, une édition a été publiée à 100 exemplaires : un boitier contenant un livret avec les 83 textes ainsi qu’un CDR audio avec les 83 pistes générées par synthèse vocale à partir des textes. Chaque auteur a reçu gratuitement un exemplaire de l’édition. Les 72 exemplaires restant ont été vendus à un prix permettant de financer l’ensemble du projet sans qu’aucun bénéfice ne soit dégagé.

Les fichiers audio ont été restaurés et le livret d’accompagnement actualisé en 2017. L’ensemble est donc disponible à prix libre sur Bandcamp.

Empire

empire

À regarder pendant 485 minutes.

Twin Peaks : version « maison » – 1991

En 1991 on suédait les films et les séries avant même que le suédage n’existe.

Voici donc une version « maison » de Twin Peaks avec, en plus, des contraintes dignes de DOGMA95 (avant même que le manifeste DOGMA95 n’existe) :
– un seul acteur interprète tous les personnages visibles à l’écran ;
– une seule prise par plan ;
– pas de scénario (les dialogues sont improvisés ;
– pas de post-production du son (la musique est « jouée » pendant la prise).

Avec (par ordre de d’apparition) :
– Pete MARTELL : Tony Papin
– Andy BRENNAN (voix) : Tony Papin
– Dr Will HAYWARD (voix) : Jean-Luc Lecourt
– Agent Dale B. COOPER : Tony Papin
– Josie PACKARD : Tony Papin
– Benjamin HORNE : Tony Papin
– Leo JOHNSON : Tony Papin
– Shelley JOHNSON (voix) : Jean-Luc Lecourt
– « the log lady » : Tony Papin
– « the man from another place » : Tony Papin
– Bobby BRIGGS : Tony Papin
– Donna HAYWARD (voix) : Jean-Luc Lecourt

Caméra : Jean-Luc Lecourt
Musique : Angelo Badalamenti
Un film de Jean-Luc Lecourt et Tony Papin

La visite au musée

musee

Des trucs vus au musée de Bretagne :
– un pot en terre (il y en a plein) ;
– une hache polie et un anneau en pierre (à quoi cela peut-il bien servir ?) ;
– une stèle en pierre présentant un homme/dieu (?) ailé avec des grosses mains sur les épaules (pas très pratique pour faire ses lacets mais c’est pas trop grave vu qu’il n’a pas de pied) ;
– des chapiteaux siamois ;
– un peigne ;
– un guerrier en bronze avec la quéquette à l’air ;
– une aile, sans doute piquée à un bouchon de radiateur de Rolls ;
– un hameçon double ;
– un pitite tête ;
– un pauvre hère sans main gauche ;
– une tête de mort sous la pluie ;
– un brassard de résistant cousu main ;
– un renard famélique avec un chapeau en forme de bombe (oui).